BSI MAP : prévisions de croissance 2017

Les dernières prévisions de croissance annuelle du PIB du Fonds Monétaire International (FMI) sont sorties dans le WEO du mois d'avril (cf. carte ci dessus). La croissance mondiale en 2017 devrait augmenter par rapport à 2016, en passant de 3,11 % à 3,46 %. Même si la croissance sera plus forte en moyenne dans les pays émergents (4,49 %) que dans les pays développés (2,01 %), la progression sur un an a été plus de deux fois plus élevée chez ces derniers. Douze pays seraient en récession économique en 2017, notamment le Venézuela, l'Equateur, la Biélorussie et la Mongolie. Après une année 2016 difficile, des pays qui étaient en récession, comme le Brésil et la Russie, renoueront avec la croissance en 2017. Mis à part en Asie et dans une moindre mesure en Afrique, peu de pays dans le reste du monde auraient une croissance supérieure à la moyenne de la croissance mondiale en 2017.

Entre les précédentes prévisions de croissance pour 2017 d'octobre 2016 du FMI et celles d'avril 2017, il est intéressant de constater qu'un ajustement moyen à la baisse de -0,03 pt de PIB a été réalisé (cf. carte ci dessus). Il y a un an à la même époque, cet ajustement pour l'année 2016 avait été plus marqué (-0,7 point en moyenne). Le FMI est plus optimiste qu'il y a six mois dans les pays développés et plus particulièrement au Royaume-Uni (ajustement de +1 point de PIB), où les conditions d'un hard Brexit ne semblent pas réunies. En Zone euro, la combinaison de la baisse du chômage, de la hausse consommation privée et d'une politique monétaire toujours expansionniste par la Banque Centrale Européenne (BCE) permet d'éspérer une croissance plus élevée en 2017, même si de nombreuses incertitudes subsistent (situation bancaire en Italie, finances publiques en Grèce, risque politique en France, etc.). Dans les pays émergents, la remontée poussive du prix du pétrole (et son impact sur la conduite de la politique budgétaire, le financement du déficit courant ou encore la variation des taux de change) explique les révisions à la baisse de la croissance dans des pays exportateurs (Arabie Saoudite, Venezuela, E.A.U, Koweït, Gabon, Angola).

De nouveaux ajustements seront attendus en cours d'année, au mois d'octobre, notamment pour évaluer l'impact de la situation économique aux Etats-Unis (hausse des taux Fed funds,absence de relance budgétaire dès 2017, montée ou non du protectionnisme) et en Chine (ralentissement ou non de la croissance et de la demande chinoise) sur le reste du monde.

V.L.