Augmenter les salaires sans provoquer une boucle prix-salaires : Pertinent ou Pas Pertinent (Note)

Qu'est-ce que la spirale prix-salaires ?

La spirale prix-salaires est un phénomène où, dans un contexte inflationniste, la hausse des salaires entraîne une hausse des prix, qui à son tour entraîne une demande de hausse des salaires, et le cycle se poursuit. Elle est également appelée "spirale prix-salaires" ou "inflation par les coûts".

Le phénomène se déclenche généralement lorsque le marché du travail fait face à une pénurie de travailleurs où les employeurs doivent augmenter les salaires pour les attirer et/ou potentiellement les retenir. Lorsque les salaires augmentent, le coût de production des biens et des services augmente, ce qui entraîne une hausse des prix à la consommation. À mesure que les prix augmentent, les travailleurs exigent des salaires plus élevés pour maintenir leur pouvoir d'achat, ce qui entraîne alors une hausse supplémentaire des coûts de production et des prix.

La spirale salaires-prix peut être difficile à rompre, car chaque côté du cycle renforce l'autre, ce qui entraîne un "cercle vicieux" d'inflation. Aujourd'hui, l'objectif est d'empêcher qu'une telle spirale apparaisse ou de la « briser » si elle se manifeste. L'exercice peut s'avérer particulièrement délicat, la préservation du pouvoir d'achat nécessitant un ajustement des revenus sans que cela provoque l'apparition de ce cercle vicieux.

Des stratégies souvent déployées mais parfois insuffisantes

Les banques centrales ont pour but de garantir une certaine stabilité des prix dans le temps. Dans ce cadre, elles sont vigilantes à la formation de spirale salaires-prix et disposent alors de plusieurs outils/moyens.

  • Augmenter les taux d'intérêt

En augmentant les taux d'intérêt, les banques centrales réduisent la demande de crédit, contribuant au ralentissement l'activité économique. Cela peut contribuer à refroidir les pressions inflationnistes en rendant plus coûteux l'accès aux sources de financement, ce qui réduit les dépenses et la demande de biens et de services.

Toutefois, cela peut ne pas suffire pour s'attaquer aux causes sous-jacentes[1] , complexes et aux multiples facettes de la spirale des prix des salaires.

Une approche plus globale prenant en compte les facteurs structurels sous-jacents de l'inflation est souvent nécessaire pour traiter efficacement ce phénomène. Si la spirale est due à des facteurs structurels tels que la pénurie de main-d'œuvre ou la faible productivité, une simple augmentation des taux d'intérêt peut ne pas suffire à résoudre ces problèmes.

En outre, le relèvement des taux d'intérêt peut également avoir des conséquences négatives pour l'économie, notamment si les hausses de taux sont trop agressives ou mises en œuvre trop rapidement. Des taux d'intérêt plus élevés peuvent augmenter les coûts d'emprunt pour les entreprises, ce qui peut réduire les investissements productifs et peser trop fortement sur la dynamique de l'activité économique. Elle peut également entraîner une hausse du taux de chômage, car les entreprises peuvent être amenées à réduire l'embauche ou à licencier des travailleurs pour compenser l'augmentation des coûts d'emprunt.

  • Ajuster la masse monétaire

La masse monétaire fait référence au montant total de monnaie en circulation dans une économie à un moment donné et représente la mesure clé utilisée par les banques centrales pour évaluer la croissance économique et prendre des décisions en matière de politique monétaire affectant le niveau d'inflation. D'autres exemples pour réduire la masse monétaire sont les suivants :

  • Augmentation des taux d'intérêt : la Banque centrale peut augmenter les taux d'intérêt pour réduire la demande de crédit, ce qui peut réduire la masse monétaire. Des taux d'intérêt plus élevés peuvent également inciter les particuliers et les entreprises à épargner d'avantage, ce qui peut réduire la quantité d'argent en circulation.
  • Vente d'obligations d'État : la Banque centrale peut vendre des titres (comme des obligations d'État) aux banques et autres institutions financières, ce qui peut réduire le montant de liquidité disponible. Cela peut réduire la masse monétaire et contribuer à augmenter les taux d'intérêt, ce qui peut aider à contrôler l'inflation.
  • Augmentation des réserves obligatoires : la Banque centrale peut exiger des banques qu'elles détiennent une plus grande proportion de leurs dépôts sous forme de réserves, ce qui peut limiter leur capacité à prêter et à créer de la nouvelle monnaie. Cela peut réduire la masse monétaire et aider à contrôler l'inflation.
  • Réduction de son bilan : la banque centrale peut décider de ne pas refinancer, partiellement ou totalement, les lignes de financement accordées aux banques ou de ralentir voire mettre fin à ses programmes de rachats de titres (comme cela est actuellement le cas avec le Quantitative Easing)

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles l'ajustement de la masse monétaire peut ne pas suffire à contrer la spirale salaires-prix :

Les décalages dans le temps: Comme la politique budgétaire, les effets des mesures de politique monétaire peuvent prendre du temps à se matérialiser, et les effets peuvent ne se faire sentir que bien après que la spirale salaires-prix se soit installée.

Les facteurs structurels: La spirale salaires-prix peut être alimentée par des facteurs structurels sous-jacents, tels que des pénuries de main d'oeuvre ou une faible productivité, qui ne peuvent être entièrement traités par les seules mesures de politique monétaire.

Facteurs externes: Des facteurs externes tels que les variations des prix mondiaux des produits de base, des taux de change ou des politiques commerciales peuvent également avoir une incidence sur les pressions inflationnistes, et ces facteurs peuvent échapper au contrôle de la politique monétaire.

Effets secondaires négatifs: L'ajustement de la masse monétaire peut avoir des effets secondaires négatifs sur l'économie, comme la réduction des investissements et le ralentissement de la croissance économique. Ces effets secondaires peuvent exacerber les problèmes structurels sous-jacents à l'origine de la spirale salaires-prix.

  • L'utilisation de la politique budgétaire

Les dépenses publiques et politiques fiscales peuvent influencer la croissance économique et l'inflation. En réponse aux pressions inflationnistes, le gouvernement peut augmenter les impôts ou réduire les dépenses pour réduire la demande dans l'économie et ralentir l'inflation. Il peut également adopter les politiques de Stop & Go où par exemple il alterne entre des périodes de dépenses expansionnistes et de dépenses restrictives en réponse à l'évolution des conditions économiques. Il peut aussi augmenter les dépenses d'infrastructure ou d'autres biens publics pour stimuler la croissance économique et l'emploi, ce qui peut réduire les pressions inflationnistes dans certaine configuration. Plus précisément, le gouvernement pourrait choisir parmi les actions suivantes, tout en notant que l'efficacité de celle-ci dépend du degré de développement du pays concerné :

  • Gel des prix des biens subventionnés: En gelant les prix des biens subventionnés, le gouvernement peut empêcher la hausse des prix et maintenir les biens essentiels à un prix abordable pour les consommateurs. Cela peut aider à contrôler l'inflation en empêchant les hausses de prix de se répercuter sur d'autres secteurs de l'économie.
  • Gel des augmentations de salaire et des recrutements dans le secteur public: En gelant les augmentations de salaire dans le secteur public, le gouvernement peut limiter la croissance des dépenses publiques et réduire la demande de biens et de services et ainsi peser sur l'inflation. En limitant le nombre de nouvelles embauches dans le secteur public, le gouvernement limite également la croissance des dépenses publiques.
  • Réduction de la TVA sur les produits de première nécessité: En réduisant la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les produits de première nécessité, le gouvernement peut rendre les biens essentiels plus abordables pour les consommateurs. Cela peut aider à contrôler l'inflation en empêchant les hausses de prix de se répercuter sur d'autres secteurs de l'économie.
  • Libération d'un stock stratégique de matières premières: En libérant un stock stratégique de matières premières, le gouvernement peut augmenter l'offre de biens essentiels et prévenir les pénuries pouvant entraîner des hausses de prix. Cela peut aider à contrôler l'inflation en empêchant les hausses de prix de se répercuter sur d'autres secteurs de l'économie.

Cependant, il existe plusieurs raisons pour lesquelles la politique budgétaire seule peut ne pas suffire à contrer la spirale salaires-prix :

Les décalages dans le temps: L'impact de la politique fiscale sur l'économie peut prendre du temps à se matérialiser, et les effets peuvent ne se faire sentir que bien après que la spirale salaires-prix se soit installée. Au moment où les mesures de politique budgétaire prennent effet, il peut être trop tard pour empêcher la spirale de se poursuivre.

Le Crowding-out: Les mesures de politique budgétaire qui augmentent les dépenses publiques peuvent entraîner une éviction de l'investissement privé[2] , ce qui peut ralentir la croissance économique et exacerber les pressions inflationnistes.

Contraintes politiques: Les mesures de politique budgétaire sont soumises à des contraintes politiques, et il peut y avoir une résistance à la mise en œuvre de politiques considérées comme impopulaires et / ou trop interventionnistes.

Facteurs structurels: Comme pour la politique monétaire, la spirale salaires-prix peut être alimentée par des facteurs structurels sous-jacents, tels que des pénuries de compétences ou une faible productivité, qui ne peuvent être entièrement traités par les seules mesures de politique budgétaire.

Comment augmenter les salaires sans entraîner de boucle salaires-prix ?

Augmenter les salaires sans provoquer une spirale salaires-prix peut s'avérer être un exercice d'équilibre délicat, mais plusieurs stratégies peuvent être utilisées pour atteindre cet objectif :

1. Provoquer un choc de productivité : En augmentant la productivité, les entreprises peuvent se permettre de payer des salaires plus élevés sans augmenter le coût de production, ce qui peut entraîner une hausse des prix. Cet objectif peut être atteint par exemple en investissant dans la transformation digitale et les technologies, en améliorant les processus et en offrant des possibilités de formation et de développement aux employés.

2. Maîtriser les coûts : Les entreprises peuvent également contrôler les coûts pour aider à absorber le coût des salaires plus élevés sans augmenter les prix. Cela peut impliquer de renégocier les contrats avec les fournisseurs, de réduire les frais généraux et d'améliorer la gestion des stocks.

3. Mettre en place une rémunération basée sur les performances : Plutôt que d'augmenter les salaires de manière générale, les entreprises peuvent mettre en place des systèmes de rémunération basés sur les performances qui récompensent les employés qui atteignent ou dépassent des objectifs spécifiques. Cela peut contribuer à motiver les employés à accroître la productivité et à réduire le risque d'une spirale salaires-prix.

4. Envisagez des avantages non monétaires : En plus des augmentations de salaire, les entreprises peuvent offrir des avantages non monétaires pour attirer et retenir les employés. Il peut s'agir de modalités de travail flexibles, de vacances supplémentaires ou d'autres avantages qui améliorent l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

5. Surveillez les pressions inflationnistes : Enfin, les entreprises doivent surveiller les pressions inflationnistes et ajuster les salaires en conséquence. Cela peut impliquer la réalisation d'études de marché régulières pour s'assurer que les salaires restent compétitifs, et l'ajustement des salaires en fonction des taux d'inflation pour maintenir le pouvoir d'achat des employés.

En adoptant ces stratégies, et à l'aide du support des décideurs publiques, les entreprises peuvent augmenter les salaires sans provoquer une spirale salaires-prix, ce qui peut contribuer à attirer et à retenir des employés talentueux et à améliorer les résultats.

Annexe : Cas d'usage des années 70s en France

Comme d'autres pays, la France a connu par le passé des spirales salaires-prix. Un exemple notable s'est produit dans les années 1970 et au début des années 1980, lorsque l'économie française connaissait une forte inflation pouvant excéder les 13 %.

Au cours de cette période, suite à un choc pétrolier, les travailleurs français ont exigé des salaires plus élevés pour suivre la hausse des prix, ce qui a entraîné de nouvelles pressions inflationnistes. En réponse, le gouvernement français a mis en œuvre des politiques pour tenter de contrôler l'inflation :

  • Contrôle des prix: Le gouvernement a imposé des contrôles des prix sur une gamme de biens et de services, notamment la nourriture, l'énergie et les transports.
  • Contrôle des salaires: Le gouvernement a introduit des contrôles des salaires qui ont limité l'augmentation des salaires des travailleurs des secteurs privé et public. Cela a contribué à limiter la hausse des coûts de main-d'œuvre, qui avait été un autre facteur clé de l'inflation.
  • Dévaluation de la monnaie: Le franc a été dévalué afin de rendre les exportations françaises plus compétitives sur les marchés internationaux.
  • Mesures d'austérité: Le gouvernement a mis en place des mesures d'austérité, notamment des réductions de dépenses et des augmentations d'impôts, afin de réduire le déficit budgétaire et de stabiliser l'économie.
  • Politique monétaire: La banque centrale française a resserré sa politique monétaire en augmentant les taux d'intérêt et en réduisant la croissance de la masse monétaire.

Cependant, ces politiques se sont souvent révélées inefficaces pour briser la spirale salaires-prix, et dans certains cas, elles ont même exacerbé le problème. Par exemple, le contrôle des salaires a entraîné une baisse de la productivité et des conflits sociaux, tandis que le contrôle des prix a provoqué des pénuries de certains biens et services.

Depuis lors, la France a mis en œuvre diverses politiques pour tenter d'empêcher la spirale salaires-prix de se produire. Par exemple, le gouvernement a mis en place des mécanismes visant à lier les augmentations de salaires dans le secteur public aux gains de productivité et non plus à l'inflation, et a créé des institutions indépendantes, telles que le Conseil d'orientation des retraites et le Haut Conseil de la stabilité financière, pour surveiller et réguler les tendances économiques. Un processus a également été engagé pour que la Banque de France devienne indépendante (ce qu'elle deviendra en 1994).

Cependant, malgré ces efforts, la France, comme d'autres économies, est toujours susceptible de connaître des spirales de prix des salaires lorsqu'il y a une pénurie de main-d'œuvre ou d'autres facteurs qui entraînent des pressions inflationnistes. Par conséquent, une vigilance constante et des ajustements politiques sont nécessaires pour prévenir ou atténuer l'impact de telles spirales


[1] Parmi ces causes :  les déséquilibres de pouvoir de négociation entre les travailleurs et les employeurs, les changements technologiques (comme l'automatisation qui évoluer les besoins en termes de profil de main-d'œuvre, le manque d'investissement dans l'éducation, la formation et le développement des compétences (entraînant une inadéquation entre l'offre et la demande de main-d'œuvre), les discriminations dans les pratiques d'embauche et de rémunération (pouvant entraîner des disparités salariales et des salaires plus faibles pour certains groupes d'individus) ou encore un cadre du droit du travail rigide, etc.

[2] L'effet d'éviction fait référence au phénomène où une augmentation des dépenses ou des emprunts publics entraîne une diminution des dépenses ou des emprunts du secteur privé. En effet, les emprunts publics augmentent la demande de crédit, ce qui peut entraîner une hausse des taux d'intérêt et une diminution du crédit disponible pour les emprunteurs privés. Ce mécanisme est plus souvent caractéristique dans les économies émergentes.

Marianne Nabha est consultante économique indépendante; elle collabore à divers projets ponctuels académiques ainsi que professionnels portant essentiellement sur l'économie financière. Diplômée de l'École d'Économie de Toulouse (TSE) et de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), elle est également spécialiste en économie quantitative, économie du développement et politiques publiques. Précédemment, Marianne Nabha a travaillé à Beyrouth-Liban en tant qu'analyste risque de crédit chez Fransabank (Beyrouth-Liban) pour deux ans et en tant que consultante économique chez Eqlim Data & Analytics pour trois ans.

Dans la même catégorie :

Standard Post with Image

Les effets de long terme des conflits sur la productivité agricole (Recherche du mois)

Standard Post with Image

Économie circulaire et neutralité carbone dans l'industrie (Note)

Standard Post with Image

Augmenter les salaires sans provoquer une boucle prix-salaires : Pertinent ou Pas Pertinent (Note)

Standard Post with Image

L'équation (infiniment) complexe de la BCE (Tribune Les Echos)